Attaque pyrale sur les buis

La pyrale du buis. © VR
La pyrale du buis. © VR

De la Cité internationale jusqu’à La Duchère en passant par la Croix-Rousse et Écully, les buis de l’agglomération lyonnaise font triste mine. Marrons, secs, leurs feuilles ne sont plus que des nervures racornies. En les regardant de plus près, on observe que certains sont recouverts de ce qui ressemble à des toiles d’araignées… Ce sont en fait des soies de chenilles. Car les buis du Grand Lyon sont infestés de pyrales du buis.

Cette chenille verte à rayures noires a été, probablement accidentellement, importée d’Asie vers 2005, et colonise tout le territoire français. Dès qu’il fait doux, ces larves apparaissent ; elles dévorent des feuilles de buis pendant quatre semaines, s’enroulent dans un cocon, ressortent papillons gris et blanc, pondent, et un nouveau cycle commence. En Suisse, on a observé jusqu’à quatre générations en une année — la dernière hivernant à l’état de chrysalide et éclosant au printemps. A noter qu’en Europe, la pyrale n’a pas de prédateur naturel…

Un buisson de buis après le passage des chenilles. © VR
Un buisson de buis après le passage des chenilles. © VR

Pyrale adulte ©VR
Pyrale adulte ©VR

Si la plupart des buis se remettront du passage de la pyrale qui se nourrit essentiellement des feuilles — qui repoussent —, ces plantes ornementales perdent tout intérêt décoratif sur votre terrasse. De plus, les arbustes une fois dénudés sont plus sensibles aux attaques d’autres parasites comme les champignons. Il faut donc songer à traiter.  Plusieurs solutions, naturelles, bien sûr, s'offrent à vous :
• Préventive : emballer vos buis sains après une attaque de chenilles sur le buisson d'à côté. Quand les papillons sortiront des cocons ils ne viendront pas pondre dessus Il existe également des pièges à phéromones (déjà bien connus des viticulteurs) qui attirent les papillons mâles et diminuent les chances des papillons femelles de trouver chaussure à leur pied, si l’on peut dire.
• Bactérienne : il existe un insecticide biologique à base de Bacillus thuringiensis subspecies kurstaki, une bactérie qui, ingérée par les chenilles paralyse leur mâchoire. Il vous faudra pulvériser le produit (parfaitement ciblé et inoffensif pour les autres espèces) sur et sous les feuilles.
• Mécanique : un jet d’eau sous pression débarrassera vos buis des chenilles, des œufs et des cocons.

Suivez-nous !

A lire encore...

C'est comme les chatons, faudrait pas que ça vieillisse… © VR

L’abandonner sur la voie publique expose à une amende pouvant aller jusqu'à 150 euros, sa nature végétale interdit de le jeter (ou de le dissimuler) dans le bac à ordures, même vert. Alors, que faire de son conifère ?

Bac à tri sélectif sur le village du Festival Lumière 2014 © VR

Jusque sur les bacs à tri sélectif qui parsèment son village, le festival Lumière se revendique comme un “événement bas carbone”. Une démarche qui prend parfois des chemins inattendus…

Logo de la Semaine européenne de la mobilité 2014

Dans l’embouteillage du calendrier, elle a du mal à se frayer un chemin au premier plan. La Semaine européenne de la mobilité se tient pourtant en ce moment…

Les jardins familiaux à Rochela- Molière. Chaque emplacement est équipé d’un point d’eau alimenté par les bassins de stockage d’eau pluviale.

Seules vingt-quatre communes et communautés de communes ont décroché en 2013 le Ruban du développement durable, dont plusieurs représentantes de la Loire.