Correspondances : Lettres bressanes, enveloppe lyonnaise

Version audio: 

Louis Jacques Mandé Daguerre, Effet de brouillard et de neige à travers une colonnade gothique en ruine, 1826. Huile sur toile (102 x 154 cm). Paris, collection Gérard Lévy. ©Galerie Gérard Lévy Paris.

L’Invention du Passé, ou l’intelligence de la complémentarité. Deux institutions culturelles majeures collaborent pour rendre abordable un mouvement pictural peu connu, le style troubadour. Une synergie territoriale justifiée à plus d’un titre.

L’époque est au multi-maillage des institutions culturelles, à l’interconnexion et au dialogue ; aux résonances raisonnées. Encouragée par les tutelles – voyant dans ces convergences non seulement des économies par mutualisation, mais également le moyen de renforcer leur réseau tout en diversifiant leur offre — cette dynamique trouve entre Bourg-en-Bresse et Lyon une illustration des plus cohérentes avec un diptyque consacré au style troubadour : L’Invention du passé. En s’inscrivant dans deux sites éminemment symboliques de l’histoire de ce genre pictural, cette mise à l’honneur joue avec subtilité avec sa spécificité, qui est justement de traiter de scènes historiques, de présenter des images édifiantes ou constitutives de la légende collective.

Enveloppe lyonnaise

Paul Delaroche (1797-1856) Édouard V, roi mineur d’Angleterre, et Richard, duc d’York, son frère puiné, dit Les Enfants d’Édouard 1830 Huile sur toile Paris, musée du Louvre, département des peintures © R m N-Grand Palais (musée du Louvre) / René-GabrielNé comme Victor Hugo en 1802, ce mouvement se dessine sous le pinceau d’élèves du plus célèbre mémorialiste-hagiographe de l’Empire, David. Des élèves lyonnais pour la plupart, au rang desquels figurent les jeunes Fleury François Richard ou Pierre Révoil, qui délaissent les thèmes à la mode (représentation d’une antiquité de pacotille, idéalisée, volontiers anachronique), et trouvent leur inspiration dans des événements médiévaux, valorisant ainsi le passé héroïque de la Nation. Il y a d’ailleurs quelque insolence, en cette période post-révolutionnaire, à vanter ainsi tant de figures glorieuses de l’Ancien régime ; toutefois, en ces temps où le goût des lecteurs penche pour la littérature de cape et d’épée, le genre plaît par son audace, sa nouveauté, sa précision : à l’exactitude portée à la description des décors et des costumes, s’ajoute en effet une exécution d’une minutie digne des maîtres hollandais du XVIIe siècle. Les artistes semblent vouloir fabriquer des images iconiques du “bon vieux temps”, ou à tout le moins, les pierres fondatrices d’une mémoire commune. François Ier, Charles Quint, Cromwell, Marie Stuart figurent en majesté ou au seuil de la mort, à des instants-clefs de leur existence, mais rarement en situation galante pendant que des ménestrels leur donnent l’aubade, comme le nom “troubadour” le laisse supposer !

Lettres bressanes

L’origine de cette appellation musicale et frivole est à trouver… à Bourg-en-Bresse, précisément au musée du Monastère royal de Brou : c’est là  qu’eut lieu en 1971 la première exposition dédiée à ce courant. Elle l’unifia, le théorisa et le nomma, réévaluant par voie de conséquence des artistes et œuvres que d’aucuns jugeaient secondaires. Quarante-trois ans plus tard, le même édifice renoue avec son histoire et l’histoire de l’art. Et ce n’est pas seulement pour saluer en Brou le précurseur de la dénomination “troubadour” que l’on commencera le voyage par Gothique mon amour ; c’est aussi parce qu’il s’effectue au cœur d’un bâtiment classé au titre des monuments historiques. Or, la muséographie, très didactique, nous l’apprend d’emblée, les adeptes de ce style ont abondamment puisé leur inspiration dans les salles du Musée des monuments français (un conservatoire du statuaire et des tombeaux de l’Ancien régime). Très thématique, le parcours nous présente de parfaits in situ (une section est consacrée aux scènes de cloîtres) et même, comble de la mise en abyme, des vues de l’église de Brou. On admire quelques toiles galantes orientalisantes de Rosalie Caron, ainsi que d’imposantes œuvres signées Daguerre et Bouton (les co-inventeurs du diorama), créant des ambiances fantomatiques saisissantes de mélancolie.

L’Arétin et l’envoyé de Charles Quint 1848 Huile sur toile © Lyon, musée des Beaux-Arts / photo Alain BassetL’exposition lyonnaise apparaît comme une prolongation de Brou. Sans doute plus érudite (mais l’on possède les bases après la visite effectuée à Bourg), elle se visite comme l’on explore une arborescence hypertextuelle : l’espace, le volume et le choix d’œuvres permettent d’approfondir, en présentant le cas échéant des variations. C’est ainsi que l’on découvre Les Enfants d’Edouard de Paul Delaroche (1830), composition suscitée par le Richard III de Shakespeare, dont l’influence sera considérable, les échos multiples — car l’art se nourrit de l’art : nombre d’œuvres sont des évocations de peintres (Poussin, de Vinci, Raphaël, Le Tintoret…). On notera enfin que cet accrochage donne à voir dans son contexte une récente acquisition du Musée : L’Arétin et l’Envoyé de Charles Quint (1848), de David, le maître des initiateurs du Style troubadour. La boucle temporelle est bouclée…

L’Invention du Passé *Gothique mon amour… (1802-1830) au Monastère royal de Brou : 63 boulevard de Brou, Bourg-en-Bresse. brou.monument-nationaux.fr, 04 74 22 83 83. Jusqu’au 21 septembre (tlj de 9 heures à 12 h 30 et de 14 à 18 heures jusqu’au 30 juin ; puis de 9 à 18 heures dès le 1er juillet). De 0 à 7,50 €.
 
L’Invention du Passé *Histoires de cœur et d’épée en Europe (1802-1850) au Musée des beaux-arts de Lyon : 20 place des Terreaux, Lyon 1er. www.mba-lyon.fr, 04 72 10 17 40. Jusqu’au 21 juillet (tlj sauf ma. et jours fériés de 10 à 18 heures ; ve. de 10 h 30 à 18 heures ; nocturne 6 juin de 18 à 22 heures). De 0 à 9 €.

Passage Lyon-Villefranche

Œuvre de Damien Béguet évoquant une mire télévisuelle Photo ©Vincent RaymondAutre partenariat de saison, celui engagé par la Fondation Bullukian et le Musée Paul Dini autour de l’exposition commune Passages. Deux volets pour mettre en avant des artistes contemporains, liés au territoire rhônalpin, mettant en scène des espaces de transition abstraits (zones circonscrites) ou figuratifs (vues à travers des fenêtres…). L’occasion de contempler toiles, photographies et installations signées Truphémus, Aurélie Pétrel, Vincent Roumagnac, Damien Beguet, Patrice Giorda, Jérémy Gobé… 

Fondation Bullukian : 26 place Bellecour, Lyon 2e. www.bullukian.com. Jusqu’au 7 juin. Du ma. au sa. de 13 h à 19 h. Entrée libre.
Musée Paul Dini : 2 place Faubert, Villefranche-sur-Saône. www.musee-paul-dini.com. Jusqu’au 14 septembre. Le me. de 13 h 30 à 18 h, je. & ve. de 10 h à 12 h 30 et 13 h 30à 18 h, sa. & di. de 14 h 30 à 18 h. De 0 à 5 €.

Suivez-nous !

A lire encore...

Avant que ne s'achève dimanche 25 janvier l'exposition qui lui est consacrée au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne, Paul Wallach vient à la rencontre des visiteurs ce jeudi soir…

 Trois pièces 1987-1992 de Judy Milner © VR

Comment apprend-on à être un artiste ? En piochant dans un réservoir d'œuvres de prédécesseurs reconnus et en montant une exposition. Ainsi procède-t-on à l'Ecole supérieure d'art et de design de Saint-Etienne. Plutôt concluant.

Quelques heures avant l'ouverture des portes du musée des Confluences, jetez un coup d'œil par la serrure…

Erró. © VR

Un seul passage ne suffit pas pour venir à bout de cette impressionnante rétrospective : tout limpide qu’il soit, l’œuvre d’Erró réclame, à l’instar du Louvre, plusieurs visites. Tant mieux.

Le Passeur, œuvre de Marc Dailly, qui ouvre les portes de l'atelier Biscoto (16 rue Pouteau, Lyon 1er) ©DR

Des artistes vivent et créent à côté de chez vous ! Et ce week-end, ils vous ouvrent leur atelier, c'est l'occasion de les rencontrer…

Casa di Lucrezio et  Del bello intelligibile, parte quarta «Inedito» de Giulio Paolini © Blaise Adilon

Dans les murs de l’IAC, on nous propose de faire l’expérience des œuvres, d’être à l’écoute des sensations qu’elles nous inspirent…