Critique : Les Précieuses ridicules, mis en scène par Camille Germser

Les Précieuses ridicules © DR
Les Précieuses ridicules © DR

Camille Germser n’adapte pas la comédie de Molière ; il s’en empare et la monte comme un bijoutier un diamant sur une rivière : en dosant scintillement subtil et clinquant canaille. Jubilatoire !

Que vous ayez vu la création de ce spectacle en 2010 au théâtre de la Croix-Rousse ou pas, ne vous posez aucune question : foncez ! Les Précieuses ridicules n’est pas une reprise, mais une recréation : Camille Germser possède cette habitude délicieuse pour le public (mais sans doute un peu agaçante pour sa compagnie La Boulangerie) de replacer l’ouvrage autant de fois sur le métier que nécessaire. Un goût de la remise en cause artistique, de l’amélioration permanente, et l’envie certaine de ne jamais se répéter (on répète déjà tellement au théâtre !) Et comme il a du répondant en matière d’inspiration, ses spectacles gagnent en densité et en richesse au fil des versions, sans que le superflu jamais ne les étouffe.

Molière est à la source de celui-ci. Pas uniquement sa pièce (racontant la vengeance de La Grange, un nobliau éconduit par de sottes provinciales se piquant d’être des érudites et rêvant de fréquenter les élites parisiennes), non ; Molière l’auteur. Jean-Baptiste Poquelin lui-même est convoqué, littéralement sorti de la tombe, pour assister à la représentation. Il va même tenir le rôle qu’il a créé : Mascarille. Et l’on profitera de sa présence pour lui remettre un Molière d’honneur, car il l’a bien mérité. Ce Molière, tout emperruqué et maquillé, parlant baroque et roulant les « r », ne s’émeut guère que son œuvre soit transformée, qu’elle soit interprétée par des comédiennes exclusivement, que celles-ci accueillent le public à la manière d’hôtesses de l’air ; il n’est pas davantage choqué de se transformer en meneuse de revue quand la pièce tourne cabaret ou music-hall. En revanche, si les comédiennes se risquent à surjouer les intentions, l’auteur se réveille en lui et les tance sans ménagement. Dans cette adaptation, ce n’est donc pas Molière qu’on assassine, mais plutôt Molière qui exécute froidement celles qui manquent de respect à son travail — voilà pour l’intégrité de l’auteur. Pour autant, les interprètes ne sont pas laissées pour compte, ou considérées comme des barbares juste bons à saccager la vénérable prose moliéresque : Germser glisse quelques apartés chantés sur la complexité de l’art du comédien, puisque l’on chante beaucoup (et bien).

Molière
Molière va recevoir son Molière…
qui restera en bord de scène le rideau baissé © VR

Germser, compositeur hollywoodien

Car la plus grande réussite de ces Précieuses ridicules, c’est cette partition originale qui accompagne et ponctue l’ensemble de la pièce. Composée par Camille Germser à la manière des scores du cinéma hollywoodien des années quarante ou cinquante, elle restitue dès la première note, le premier tintement de cloche, l’atmosphère des comédies musicales de Minelli, des productions de Selznick. Ce n’est pas de la parodie, il s’agit d’un brillantissime exercice de style musical qui crée de l’authenticité, une sorte d’embarcation cotonneuse et nostalgique dont le spectateur ne voudra pas redescendre. Un dernier détail relatif à ce référentiel années cinquante : souvent, les hommes de cinéma et de théâtre le convoquent de manière insistante, en particulier en faisant appel aux œuvres de Cukor ou Douglas Sirk, pour faire remonter un sous-texte homosexuel. L’effet est devenu, à force, un cliché pour ne pas dire une tarte à la crème. Or, si Germser s’amuse énormément avec les travestissements, avec le décorum chamarré du musical, il n’y a aucune outrance, aucune ambiguïté inutile destinée à choquer le bourgeois comme on le faisait il y a cinquante ans en surexploitant le transformisme.
Il n’y a pas de honte à concevoir une comédie musicale à la fantaisie contagieuse ; sa jubilatoire flamboyance pourrait être une raison suffisante à son existence. Et comme en plus elle célèbre Molière, elle a une qualité supplémentaire : elle est précieuse, mais certainement pas ridicule.

Les Précieuses ridicules de Molière, mis en scène par Camille Germser, par la compagnie La Boulangeire, jusqu’au dimanche 21 décembre au Théâtre La Renaissance, Oullins. De 9 à 22€
Rencontre en bord de scène avec l’équipe le vendredi 19 décembre.

Suivez-nous !

A lire encore...

Dominique Hervieu © VR

Fin mai, le plateau de la Maison de la Danse se peuplera de danseurs amateurs âgés de 5 à 100 ans (ou presque) pour Babel 8.3, un projet patiemment édifié, bien plus solide qu’une tour…

"La Solitude, ça n'existe pas" (Gilbert Bécaud) /photo © Christophe Reynaud de Lage

« -Tu en as ? -Pourquoi ? Tu en veux ? -Pourquoi ? Tu en aurais ? » Voilà en substance l’échange mystérieux autour de l’échange d’une mystérieuse substance imaginé par Koltès, dans une relecture très Auzet…

Certains finissent la tête dans le seau © Michel Cavalca

Qui trop embrasse, mal étreint. Telle pourrait être la devise de ce Juan, qui emprunte à tant de sources qu’il ne peut être fidèle à aucune — ce que personne n’exige de lui, d’ailleurs…

Les thanatopracteurs autour de Juliette. Ils ont tous les papiers réglementaires © Stofleth

Jean Lacornerie poursuit son entreprise de création d’opéras du XXe siècle rares ou inédits sur les scènes françaises avec une histoire immortelle revue par un compositeur oublié, Boris Blacher…

La tragédie est le meilleur morceau de la bête © Cécile Maquet

Partant sur une note vaudevillesque et grotesque, cette évocation de la Grande Guerre scandée par des assauts pétaradants s’achève dans la boue et la folie. On s’y croirait presque…

“Tu vas voir de quels bois je me chauffe” © DR

L’anticipation n’est pas un genre réservé au cinéma ou la littérature : le théâtre peut s’en emparer et l’accommoder à son langage. Une expérience qui se tente au Théâtre Les Ateliers.