Critique : L'Institutrice, de Nadav Lapid

"Bleus tes yeux/bleu mon cardigan/bleus tes vers/exécrables les miens…  Bon je recommence. Bleus tes yeux…" © Itiel Zion
"Bleus tes yeux/bleu mon cardigan/bleus tes vers/exécrables les miens… bon je recommence. Bleus tes yeux…" © Itiel Zion

★★★☆☆ Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour la poésie ? Sans doute pas aussi loin que Nina…

Institutrice, Nina poétise à ses heures, sans talent, à son grand dam. Un jour, elle décèle chez un élève de 5 ans, Yoav, d’étonnantes facultés à composer des poèmes. Comment faire pour que l’entourage de ce garçonnet fasse fructifier son don inouï ? En se rapprochant de lui. Toujours plus près…

Thriller ? Drame ? Ce film dérangeant, dont l’héroïne est loin d’être un personnage sympathique de prime abord, semble écartelé entre plusieurs genres mais ravi de cultiver les ambiguïtés. Célébrant la candeur des enfants (et des adultes) à l’ancienne, à coup de gros plans sur leurs yeux bleus écarquillés, il nous les montre ensuite se départant volontiers de leur innocence lorsqu’ils répètent des chants orduriers de supporters de foot — qui, bien qu’ils riment, ne sont probablement pas de la grande poésie. Chacun porte ses contradictions, du plus petit au plus grand, ses compromissions et ses culpabilités. Nina, qui va transgresser peu à peu toutes les règles morales et légales, semble au départ servir un dessein personnel ; on découvre qu’elle agit au nom d’un idéal, dans une démarche auto-sacrificielle, sans doute névrotique. Elle n’en est pas moins inquiétante, à défaut d’être vraiment dangereuse ou condamnable. Quant à la radicalisation de Nina dans la sphère poétique, elle demeure douce, si on la compare à celles qui touchent les extrémistes religieux. Mais n’est-on pas tenté de voir comme une parenté dans son engagement excessif ? Le contexte géopolitique actuel, l’origine israélienne du film sont autant d’artefacts qui polarisent une telle interprétation. Est-elle éloignée des intentions de Nadav Lapid ? Pas si sûr : le cinéaste, qui avait signé Le Policier, ne se tient pas en retrait des questions politiques contemporaines : elles figurent, bien présentes, entrelacées dans les motifs de la toile de fond.

L’Institutrice (Haganenet), de Nadav Lapid (Drame, Israël/France, 2h00), avec Sarit Larry, Avi Shnaidman, Lior Raz… Sur les écrans le 10/09/2014.
Bande annonce distributeur

Suivez-nous !

A lire encore...

Jean-Baptiste Saurel © VR

Aquabike, le second court métrage de Jean-Baptiste Saurel (révélé par l'hilarant La Bifle) a été mis en boîte en partie dans les piscines de Villeurbanne. Alors qu'il vit son existence dans les festivals — il a déjà été distingué lors du Festival du Film court de Villeurbanne 2015 —, retour sur son tournage…

Il semble qu'il y ait quelque chose entre Benoît Poelvoorde et Virigine Efira : une voiture / photo © StudioCanal

★★☆☆☆ Pour parler d’ultra-moderne solitude, Jean-Pierre Améris adopte un ton léger, ainsi qu’une nouvelle comédienne. C’est l’histoire de la mauvaise personne au bon endroit…

Cela ne se voit pas, mais Barbara a dû avoir une jeunesse débridée /photo © DR

★★★☆☆ Carlos Vermut signe le portrait enivrant d’une femme piège autant que piégée, à l’image d’une Espagne en lambeaux…

En Tchécoslovaquie, les athlètes étaient munies d'une roue de secours /photo © DR

★★☆☆☆ Une athlète tchécoslovaque préfère ne pas courir que de se doper. Pour son entourage, elle a un petit vélo dans la tête…

Apparemment, le Petit Prince et le Renard boudent… / photo © Paramount Pictures France

★★☆☆☆ Attendue depuis des années, cette nouvelle adaptation cinématographique du plus fameux des romans jeunesse n’est pas ratée : elle n’est juste pas réussie du tout, nuance…

Ben Stiller, recouvert d'un plaid, parlant de ses rhumatismes à Naomi Watts, vêtue d'une doudoune en duvet /photo © DR

★★☆☆☆ « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Cette éternelle leçon valait-elle un nouveau long métrage ? On en doute…