Critique : Métamorphoses, de Christophe Honoré

Junon a bien du mal à garder Jupiter pour elle seule…
Junon a bien du mal à garder Jupiter pour elle seule…

★★★☆☆ Chez Christophe Honoré, le changement, c’est maintenant, si les dieux sont à la manœuvre amoureuse…

De nos jours, la jeune Europe se laisse séduire par un beau garçon qui lui raconte d’étranges histoires où les dieux s’amusent à changer leur apparence physique, ou celle des mortels qu’ils convoitent. Europe part dans son sillage…

Un film tout entier sur les avatars, par un artiste qui les pratique à l’envi au fil de son cinéma et de sa littérature… rien que de très cohérent, somme toute. Et une bonne base pour réussir son entreprise ? C’est bien possible, puisque dans cette nouvelle transformation, Christophe Honoré semble avoir mis son goût pour la provocation gratuite et le bâclage arty en sourdine, comme s’il avait trouvé dans cette relecture contemporaine d’Ovide et des mythes gréco-romains — aux accents pasoliniens indéniables — le moyen simple de filmer toutes les configurations amoureuses possibles, sans avoir à les justifier par quelque esthétique ou quelque code que ce soit. Pas de recours au trash, au porno gay, à la comédie musicale ; pas de star non plus avec qui “partager” le message : tout est centré sur ces dieux qui aiment des mortels, point final. Parfois trop scrupuleusement illustratif (l'histoire de Philémon et Baucis, scolaire), il parsème certains épisodes d’humour décalé, en faisant d'Orphée, par exemple, un prêcheur de HLM coursé par la police, ou en narrant les infortunes de la “création” d’Hermaphrodite.

Agréable et composite, Métamorphoses tient donc de la chimère. Mais on ne peut certes pas reprocher à une œuvre d’essence mythologique, et traitant de ce sujet, de revêtir cette apparence…

Métamorphoses, de Christophe Honoré (Contes, France, 1 h 42), avec Amira Akili, Sébastien Hirel, Mélodie Richard… Sur les écrans le 03/09/2014.

Métamorphoses, de Christophe Honoré

(Contes, France, 1 h 42),

avec Amira Akili, Sébastien Hirel, Mélodie Richard…

Sur les écrans le 03/09/2014.

bande annonce distributeur

Suivez-nous !

A lire encore...

Jean-Baptiste Saurel © VR

Aquabike, le second court métrage de Jean-Baptiste Saurel (révélé par l'hilarant La Bifle) a été mis en boîte en partie dans les piscines de Villeurbanne. Alors qu'il vit son existence dans les festivals — il a déjà été distingué lors du Festival du Film court de Villeurbanne 2015 —, retour sur son tournage…

Il semble qu'il y ait quelque chose entre Benoît Poelvoorde et Virigine Efira : une voiture / photo © StudioCanal

★★☆☆☆ Pour parler d’ultra-moderne solitude, Jean-Pierre Améris adopte un ton léger, ainsi qu’une nouvelle comédienne. C’est l’histoire de la mauvaise personne au bon endroit…

Cela ne se voit pas, mais Barbara a dû avoir une jeunesse débridée /photo © DR

★★★☆☆ Carlos Vermut signe le portrait enivrant d’une femme piège autant que piégée, à l’image d’une Espagne en lambeaux…

En Tchécoslovaquie, les athlètes étaient munies d'une roue de secours /photo © DR

★★☆☆☆ Une athlète tchécoslovaque préfère ne pas courir que de se doper. Pour son entourage, elle a un petit vélo dans la tête…

Apparemment, le Petit Prince et le Renard boudent… / photo © Paramount Pictures France

★★☆☆☆ Attendue depuis des années, cette nouvelle adaptation cinématographique du plus fameux des romans jeunesse n’est pas ratée : elle n’est juste pas réussie du tout, nuance…

Ben Stiller, recouvert d'un plaid, parlant de ses rhumatismes à Naomi Watts, vêtue d'une doudoune en duvet /photo © DR

★★☆☆☆ « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Cette éternelle leçon valait-elle un nouveau long métrage ? On en doute…