Critique : Shirley, un voyage dans la peinture de Edward Hopper, de Gustav Deutsch

C'est joli, mais froid, mais joli, mais froid… ©DR
C'est joli, mais froid, mais joli, mais froid… ©DR

★☆☆☆☆ En tenant à nous rappeler à quel point Edward Hopper était un grand peintre, Gustav Deutsch oublie juste qu’il fait du cinéma.

Shirley, de l’entre-deux guerres à Paris, aux années soixante aux États-Unis. Portrait en une dizaine de tableaux d’une femme, américaine, soliloquant souvent sur sa vie sortant du cadre…  

Oui, c’est joli, et alors ? Voilà l’épouvantable commentaire qui nous brûle les lèvres lorsque le générique s’achève. Alors qu’on nous a dit le soin méticuleux porté par Gustav Deutsch durant neuf années pour tourner l’intégralité de son film, et que l’on a pu mesurer à l’écran sa minutie bénédictine, son opiniâtreté à vouloir créer des décors identiques aux toiles de Hopper qui ont inspiré son scénario ou, plus exactement, sa continuité narrative. Car bien sûr, tout devait être peint en vrai sur le plateau, et rien ajouté en post-production, par “tricherie” numérique. Seulement Shirley… est une performance froide, un enchaînement de figures sans vie, un projet dont on s’attendrait à ce qu’il soit davantage qu’une reconstitution progressive d’une image iconique, chassée par une autre, et encore une autre. L’hommage est lourd, presque gênant pour le réalisateur qui, par cet exercice de style vain et sans âme, vide le cinéma de sa substance vive à force de trop vouloir épouser l’immobilisme pictural. Il fallait s’appeler Alain Resnais pour savoir transfigurer les arts statiques ou ceux de l’espace contraint et les hybrider à la chair comme au mouvement dans le creuset du cinéma. Faire de Hopper son storyboarder est, en définitive, une très bonne mauvaise idée…



Shirley, un voyage dans la peinture de Edward Hopper (Shirley: Visions of Reality)
de Gustav Deutsch (Drame plastique, Autriche, 1 h 33),
avec Stephanie Cumming, Christoph Bach, Florentin Groll… Sur les écrans le 17/09/2014

Bande annonce du film Shirley, un voyage dans la peinture de Edward Hopper

Suivez-nous !

A lire encore...

Jean-Baptiste Saurel © VR

Aquabike, le second court métrage de Jean-Baptiste Saurel (révélé par l'hilarant La Bifle) a été mis en boîte en partie dans les piscines de Villeurbanne. Alors qu'il vit son existence dans les festivals — il a déjà été distingué lors du Festival du Film court de Villeurbanne 2015 —, retour sur son tournage…

Il semble qu'il y ait quelque chose entre Benoît Poelvoorde et Virigine Efira : une voiture / photo © StudioCanal

★★☆☆☆ Pour parler d’ultra-moderne solitude, Jean-Pierre Améris adopte un ton léger, ainsi qu’une nouvelle comédienne. C’est l’histoire de la mauvaise personne au bon endroit…

Cela ne se voit pas, mais Barbara a dû avoir une jeunesse débridée /photo © DR

★★★☆☆ Carlos Vermut signe le portrait enivrant d’une femme piège autant que piégée, à l’image d’une Espagne en lambeaux…

En Tchécoslovaquie, les athlètes étaient munies d'une roue de secours /photo © DR

★★☆☆☆ Une athlète tchécoslovaque préfère ne pas courir que de se doper. Pour son entourage, elle a un petit vélo dans la tête…

Apparemment, le Petit Prince et le Renard boudent… / photo © Paramount Pictures France

★★☆☆☆ Attendue depuis des années, cette nouvelle adaptation cinématographique du plus fameux des romans jeunesse n’est pas ratée : elle n’est juste pas réussie du tout, nuance…

Ben Stiller, recouvert d'un plaid, parlant de ses rhumatismes à Naomi Watts, vêtue d'une doudoune en duvet /photo © DR

★★☆☆☆ « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Cette éternelle leçon valait-elle un nouveau long métrage ? On en doute…