Défilé de la Biennale de la danse : Pointillés et traits d’union

Répétition du défilé de la Biennale de la danse. Les Pointillés comptent des membres valides et d'autres en fauteuil. © VR
Répétition du défilé de la Biennale de la danse. Les Pointillés comptent des membres valides et d'autres en fauteuil. © VR

Un Défilé dure quelques heures… plus un an de préparatifs. Reportage dans la dernière ligne droite des répétitions des Pointillés, dirigés cette année par Carla Frison.

Dimanche 14 septembre, il va fêter son dixième anniversaire — ou, plus exactement, sa dixième édition — mais cela fait des mois que certains se préparent pour le célébrer, mieux qu’un roi. Il ne vivra qu’une journée épanouie, avant de se disperser dans des couleurs, des musiques et bien sûr des chorégraphies. “Mister Défilé” est devenu un notable, la star de chaque Biennale de la danse, au point qu’on n’imagine plus l’une sans l’autre. Bien avant que la démocratie participative soit à la mode, la manifestation festive imaginée par Guy Darmet renversait le dispositif naturel du spectacle chorégraphique, en invitant des amateurs à se produire sur l’espace public devenu scène ouverte. Cette entreprise de démocratisation a perduré, gagnant à la cause de l’art de Terpsichore une audience de plus en plus vaste et diversifiée. Mais prouver que la danse ne concernait pas qu’une poignée d’initiés n’était pas une fin en soi pour le Défilé, proclamant également que toute personne animée du désir de participer était la bienvenue. Séduit, le public s’est approprié ce moment d’unité, de convivialité et de partage, encourageant l’organisation à maintenir intact cet état d’esprit, et donc à s’adapter pour que chacun puisse rejoindre ce “rituel d’agglomération”. Encore faut-il, puisque les cartes sont rebattues à chaque édition, faire une proposition qui soit intégrée dans le cortège…

Entre ciel et terre

Répétition du défilé de la Biennale de la danse. Les Pointillés sont encadrés par la chorégraphe Emmanuelle Mehring, même si, ici, ce sont eux qui l'entourent. © VR
Répétition du défilé de la Biennale de la danse. Les Pointillés sont encadrés
par la chorégraphe Emmanuelle Mehring, même si, ici, ce sont eux qui l'entourent. © VR

En 2012, Wilma et son fils Léo, 21 ans aujourd'hui, faisaient partie des “Pointillés”, ce peuple à roues et roulettes (à vélo, trottinette, en skate, dans des poussettes ou des fauteuils) créant un lien mobile entre chacune des formations composant le cortège du Défilé “Entre Ciel et Terre”. Une expérience lancée par le foyer APF Handas-Les Papillons où réside Léo, tellement enthousiasmante pour l’ensemble des participants (les jeunes du foyer, leur famille et l’équipe encadrante) qu’elle appelait une suite. L’institution, habituée à nouer des partenariats avec la MJC de Villeurbanne et connaissant donc la complexité d’un montage de projet, s’est mise très tôt sur les rangs pour 2014. Ne serait-ce que pour s’assurer que le futur Défilé prendrait bien en considération la participation de ses danseurs en fauteuil roulant. Grâce à cette réflexion en amont, la manifestation non seulement se rend accessible, mais construit sa chorégraphie autour de Léo et de son copain Adrien, les deux représentants des Papillons. Intégrés dans l’un des cinq groupes des Pointillés, ils répondent au mot d’ordre Faites, Fête ! lancé par la chorégraphe Carla Frison — une déambulation ambiance carnaval de rue très rythmée, cadencée sur une chanson originale, et qui devrait escorter un roi et une reine. On murmure un nom pour le roi. Guy D. ? Possible…

À une semaine du grand jour, l’avant-dernière répétition a investi et bloqué une rue de Gerland sous un soleil implacable que des majorettes en noir semblent ne pas subir. Entre deux allers et retours de chars chamarrés, les plus jeunes font des batailles d’eau, les plus grands se désaltèrent. Malgré la fatigue, évidente, tous rayonnent du plaisir d’être là. Pour eux, c’est un processus d’une année qui est en train de se concrétiser ; une année durant laquelle ils n’auront eu que quelques répétitions communes (entre février et juin, puis avec un rythme soutenu de fin août à mi-septembre). C’est la chorégraphe Emmanuelle Mehring, “Manue”, qui a été chargée de les fédérer et qui encore aujourd’hui est ici pour les cornaquer, les recadrer… ou les chouchouter : jamais elle ne manque une occasion de souligner les progrès, les inflexions positives. Si elle avoue que “c’est compliqué d’avoir un ensemble avec cinq groupes”, elle adore voir cette alchimie opérer, le mouvement commun naître et attend avec impatience les encouragements du public qui, elle le sait, conforteront davantage ses danseurs. Des amateurs à qui elle a imposé des règles initiales, une structure à l’intérieur de laquelle chacun pouvait trouver sa liberté. Cette liberté est source d’énergie : plus de trois heures de va-et-vient n’ont pas entamé la bonne humeur des danseurs, prêts à recommencer un filage.

Phrase commune

Léo et Adrien défilent en fauteuil, entourés de leurs familles et des encadrants de leur foyer. © VR
Léo et Adrien défilent en fauteuil, entourés de leurs familles et des encadrants de leur foyer. © VR

"On est là pour s’amuser !”, sourit largement Wilma. En famille : le père et les deux frères de Léo sont aussi dans la troupe, aux côtés des éducatrices du foyer, Saliha et Salwa. Impatient que la musique reprenne, Léo trépigne : avec Adrien, dont le fauteuil est poussé par sa mère Maria, ils vont répéter cette fois la “phrase commune”, un geste symbolique du Défilé. Observés par une Carla Frison admirative, ils réalisent leur dernière traversée de la journée. Comme si plus de trois heures d’ajustements ne les avaient pas cuits, les danseurs du groupe Faites, Fêtes ! se réunissent pour entourer “Manue” et l’acclamer. Incorrigible grande sœur, elle ne peut s’empêcher de leur conseiller de manger des fruits secs pour la répétition du lendemain, “parce que les trucs gras ou sucrés, les sodas et les chewing-gums, ça donne des points de côté.”

Dixième Défilé de la Biennale de la danse, le dimanche 14 septembre à 14 heures, des Terreaux à Bellecour (Lyon). Gratuit.
Reportage vidéo sur les répétitions du Défilé par le groupe des Pointillés.

Suivez-nous !

A lire encore...

Le Grand Méchant Renard © Benjamin Renner

Après le succès de son film d’animation Ernest et Célestine (César 2013), Benjamin Renner a éprouvé un besoin “animal” de retourner à la BD le temps d'un album, Le Grand Méchant Renard (Shampooing)…

Les frères Kray, en train de passer deux personnes à tabac © DR

Le festival Quais du Polar présente en avant-première Legend, le nouveau film réalisé par le scénariste de L.A. Confidential et Mystic River, Brian Helgeland, avec Tom Hardy. Venez, on vous invite !

Jean-Baptiste Saurel © VR

Aquabike, le second court métrage de Jean-Baptiste Saurel (révélé par l'hilarant La Bifle) a été mis en boîte en partie dans les piscines de Villeurbanne. Alors qu'il vit son existence dans les festivals — il a déjà été distingué lors du Festival du Film court de Villeurbanne 2015 —, retour sur son tournage…

Martin Scorsese - Théâtre des Célestins, Lyon © MJM

Prix Lumière à Lyon, Martin Scorsese a donné une master class devant un public recueilli. Voici la retranscription de son échange avec Thierry Frémaux, directeur de l'institut Lumière…

En mai fais ce qu'il te plaît © DR

À l'occasion du festival Lumière, le cinéaste Christian Carion vient en voisin présenter son film En mai, fais ce qu'il te plaît en avant-première…

Il semble qu'il y ait quelque chose entre Benoît Poelvoorde et Virigine Efira : une voiture / photo © StudioCanal

★★☆☆☆ Pour parler d’ultra-moderne solitude, Jean-Pierre Améris adopte un ton léger, ainsi qu’une nouvelle comédienne. C’est l’histoire de la mauvaise personne au bon endroit…