Georges et Héro(ïne)s, deux projets qui ouvriront les yeux de vos enfants et de leurs parents

Georges répond à la curiosité des enfants en s'affranchissant des codes de l'illustration enfantine, en mettant l'accent sur le graphisme et le second degré. Héro(ïne)s  interroge les représentations sexuées dans un genre que petits et grands dévorent : la bande dessinée. Ces deux projets existent déjà, sont nés dans notre région et demandent l'aide des internautes pour se développer.

Connaissez-vous Georges ? Non, pas George, lui c’est fini, il est casé ! Mais Georges a beaucoup à vous offrir…
Georges est un magazine pour enfants, confectionné par les éditions Grains de sel. Résolument différent, Georges n’est pas numéroté  par des chiffres mais par des dessins qui annoncent le thème de l’exemplaire. Vous avez ainsi un numéro dinosaure, un numéro chaise, un numéro poisson… Vraiment pas comme tout le monde, Georges n’est pas pour garçons ou pour filles ; son prénom mis à part, Georges n’est en rien genré. Décidément pas commun, Georges ne contient aucune publicité. Audacieusement unique, Georges est graphique, beau, épuré, il parle aux enfants comme à des grands, ce qui est la meilleure façon de les faire grandir… Sinon, dans Georges comme ailleurs (et pourtant non, comme nulle part ailleurs), on trouve des jeux, des devinettes, des histoires, des bricolages, des BD… Georges est aussi fondamentalement indépendant et lance, pour cette raison, une campagne Ulule. L’équipe éditoriale espère réunir 7000 euros grâce aux internautes pour développer ses ventes et sa notoriété en augmentant son tirage, en publiant une compilation des premiers Georges et en multipliant ses affiches, catalogues et cartes postales… Faites lire Georges autour de vous et donnez-lui un coup de pouce !
http://fr.ulule.com/magazine-georges/

Coco Maltese
Coco Maltese voyage seule et s'en sort très bien

Jusqu’au 16 octobre, dans le hall de l’hôtel de Région, à la Confluence, vous pouvez découvrir l’exposition Héro(ïne)s. Une vingtaine d’auteurs a revu, réimaginé, redessiné des couvertures et affiches de héros de bande dessinée en les féminisant : soit en inversant le sexe du héros : Corto devient Coco, Lucky Luke Lucky Lucy, et… Natacha, Notocho ; soit en donnant le premier rôle à un personnage féminin secondaire : Calvin and Hobbes deviennent Suzy and Bun, Le Petit Spirou laisse sa place à la Petite Seccotine… Ces illustrations sont accompagnées d’interviews des auteurs/illustrateurs sur leur approche des questions de genre et leur vision du monde très masculin de la bande dessinée, et de réflexions, éclairantes, de chercheurs du Laboratoire des Sciences dessinées de l’ENS. Il ne s’agit pas de dénoncer le machisme du 9e art mais de pointer la faible représentation de la moitié de la population dans la caste des héros. La bande dessinée reproduit des stéréotypes, met plus souvent le personnage féminin en position de personne à séduire ou à sauver qu’aux manettes, ou limite l’intervention féminine à un personnage stéréotypé pour une multitude de personnages masculins aux qualités propres (les Schtroumpfs). Se poser les bonnes questions, c'est déjà faire avancer la parité ; réaliser qu'on n'a que des héros masculins à proposer à nos filles — et à nos fils — c'est être capable d'aborder le sujet de la représentation féminine et de la reproduction des stéréotypes avec eux.
Cette exposition, mise sur pied par Lyon BD sur une idée du scénariste JC Deveney, fera l’objet d’une édition en livre si l’objectif de 6000 euros est atteint sur http://fr.ulule.com/hero-ine-s/

Suivez-nous !

A lire encore...

Michel Granger © VR

Dans un hangar des services techniques de la Métropole, Michel Granger expérimente la peinture au rouleau compresseur, avant une performance lors de Dialogues en humanité au Parc de la Tête d'Or du 3 au 5 juillet prochains…

Atelier au Conservatoire de Lyon © VR

Un bref aperçu en images du travail créatif réalisé en juin 2015 au cours des ateliers animés par Jérôme Richer et Abdelwaheb Sefsaf dans le cadre de Territoires en écritures…

Marie-Laure Basilien-Gainche © DR

En cette Journée mondiale des Réfugiés, et en préambule à la table ronde organisée par le Théâtre des Célestins, rencontre avec une spécialiste du droit des migrants et des réfugiés, Marie-Laure Basilien-Gainche.

D'après une histoire vraie ©Marc Domage

La Maison de la Danse de Lyon innove en rendant un spectacle accessible aux spectateurs déficients visuels grâce à l’audiodescription.

Berni Goldblat, à l'Université Lyon 2 Bron © VR

Animé d’une persévérance au moins aussi intense que son amour pour le 7e art, Berni Goldblat sillonne le monde depuis trois ans afin de réunir toutes les bonnes volontés autour de la réouverture d’une salle africaine, le Ciné Guimbi. 

Dans le défilé lyonnais. © VR

Selon les derniers chiffres, plus de 4 millions de citoyens se sont déplacés dans les rues de France pour témoigner leur attachement à la démocratie, à la liberté d’expression et manifester leur soutien aux victimes des attentats commis ces derniers jours…