La Platine à Saint-Étienne : une précieuse adresse

Version audio: 

Le baba au rhum au bouillon de bœuf, chantilly persillée et chips de jambon cru  © CA
Le baba au rhum au bouillon de bœuf, chantilly persillée et chips de jambon cru © CA

La Platine, pour quiconque n'est pas stéphanois, cela évoque plus une discothèque qu'un restaurant. Mais à Saint-Étienne, une platine est un élément d'une arme à feu et la Platine, le bâtiment de la Cité du Design, ainsi que le restaurant qui y a ouvert il y a maintenant deux ans.

Aux manettes, quatre associés, deux anciens du Café cousu à Lyon, Emmanuel Cédat et Céline Rouch ; et deux autres, sur place, Bastian Schilt (ancien responsable des Terrasses Saint-Pierre, le restaurant du Musée des beaux-arts de Lyon) et Sibylle Kloos (qui s’occupa de celui du musée Gadagne, à Lyon, toujours). Le bâtiment, construit en 2009, a été conçu pour limiter sa consommation énergétique (panneaux photovoltaïques, pieux et sondes géothermiques) et l'équipe du restaurant est également dans une démarche éco-responsable. “Nous avons nos propres fournisseurs, essentiellement régionaux, qui nous livrent directement, explique Bastian Schilt. Notre fromage est fermier, il vient de chez le fromager du marché de la place Carnot [à deux pas]. Le poisson est issu de pêche de petits bateaux. On ne passe pas, comme la plupart des restaurants, par des grosses structures du style Brake France. On ne travaille avec eux que pour tout ce qui est 'produits bruts' : lait, crème, farine etc. Nous mettons surtout l'accent sur le produit frais et le 'fait maison'. Le décret récent est un échec total puisqu'on peut acheter des surgelés, ajouter un petit truc frais et dire que c'est 'fait maison'. Chez nous, tout est réellement fait sur place, jusqu'aux fonds de sauce et aux pâtes à tarte, tout est préparé ici, sans aucun additif industriel.”

Alliances de saveurs

Et qu’y mange-t-on ? Plein de choses ! La carte, renouvelée tous les jours pour tenir compte des arrivages, propose cinq entrées, trois plats (dont une suggestion avec supplément de prix) et cinq desserts. Du classique revisité, des vraies expériences, des plats d'ici et d'autres inspirés par des horizons plus lointains. Le baba au rhum au bouillon de bœuf, chantilly persillée et chips de jambon cru fait partie des idées originales et réussies. Le baba aux dés discrets de légumes s’imbibe d’un bouillon au vrai goût de bœuf (merci le “fait maison” !), la chips de jambon cru est ultra croustillante et la chantilly vraiment rafraîchissante. L'araignée de porc à la moutarde, endive roulée au lard fumé était moins étonnante mais goûteuse, à la fois moelleuse et grillée, le fumé du lard apportant un agréable contrepoint à l'amertume de l'endive. Seul bémol, une seule endive pour toute cette viande, il faut être un vrai carnivore…  Le dessert, comme lors d’une précédente visite, aurait pu être un peu plus punchy. L'entremets aux pommes, caramel et noix remplit le contrat de l'intitulé, n'est pas trop sucré, mais manque du twist qui lui donnerait une vraie personnalité. Une prochaine fois, on se concentrera peut-être sur la formule entrée + plat et on se contentera du chocolat ou du caramel qui accompagne le café — délicate attention — pour soigner son bec sucré.

Entremets au pommes, caramel et noix © CA
Entremets au pommes, caramel et noix © CA

La très grande salle (350 mètres carrés) au sol en dalles de béton et à la charpente métallique apparente pourrait sembler peu chaleureuse, Bastian Schilt est là pour réchauffer l'atmosphère. Son sourire et son enthousiasme, de grandes tablées, des porte-manteaux-arbres prêts à accueillir les pardessus de toute la salle et une étagère “livre-échange” construisent une ambiance conviviale. Installés sur des mange-debout, on peut aussi contempler des fougères témoins du climat de Saint-Etienne à l'époque — préhistorique — où la houille du bassin minier s'est formée ! La Platine, entre les armes, le design et la cuisine, la géothermie, la botanique et la climatologie est un lieu à part.

La Platine : 1 rue Javelin-Pagnon, Saint-Etienne. www.la-platine.fr, 04 77 93 39 91.

La Platine

Intérieur de la Platine

Ouvert de 9h à 19h.
Restauration le midi du lundi au vendredi
nocturne bar le jeudi soir jusqu’à 21h.
Plat du jour : 10,90€
Formule : 13,90 €
Menu complet : 17,90 €
Menu enfant : 9,00 €

Suivez-nous !

A lire encore...

Gravlax de Truite, par Loïc Horlin © VR

Une fois n’est pas coutume, c’est avant d’avoir pu déguster sa cuisine que nous évoquons ici un nouveau lieu, son histoire et sa philosophie. Une très prochaine visite permettra d’apprécier si les mets sont en accord avec les mots…

Terrine de lapin, ketchup de courge, pickles pleurote © VR

Entre Saint-Georges et Saint-Jean dans le Vieux-Lyon, une nouvelle adresse vous accueille à bras ouverts 7 jours sur 7. Au menu, une cuisine valorisant les produits du moment, sans maniérisme ni prétention. Take five !

Barigoule de légumes d'antan © Vincent Raymond

Les nouveaux propriétaires du célèbre restaurant Francotte nous ont convié à leur table pour parler un peu du passé, du présent et surtout de l’avenir, qui s’écrit dans l’assiette…

Diaporama d'une fraction de l'offre alimentaire du Sirha. Bon appétit !

Avec cette biennale, Lyon s'autoproclame capitale du Goût à défaut d'être capitale de la Gastronomie…

Pour les professionnels, il y a le Sirha, pour les autres, il y a Big !, la (première) Biennale internationale du goût, cinq jours entièrement dédiés à nos papilles…

Tapas le soir, menu classique au déjeuner, mais bois et cuir à toute heure. © VR

Ce nouvel établissement n’est pas qu’un restaurant : en devenant bar à tapas le soir, il vise à dynamiser un quartier aux allures de (re)belle au bois dormant. Un projet ambitieux à suivre…