Les petits maîtres de Guillaume Long

Guillaume Long, à l'œuvre… © Guillaume Long
Guillaume Long, à l'œuvre… © Guillaume Long

Pour L’Enfance de l’art, Guillaume Long invente l’école de muséographie freudienne appliquée — une manière subtile et cocasse de nous dévoiler son panthéon artistique…

Guillaume Long ne fait pas que passer son temps à explorer les mille et une merveilles de la mangeaille ou à alimenter son blog installé à une table du Kitchen Café. Dans le secret de son âme, l’illustrateur nourrit une passion dévorante pour l’art. Et comme son sens du partage n'a d'égal que son érudition éclectique, il nous convie à pénétrer dans son musée imaginaire — un joli petit volume quasi carré — où il n'expose pas d'œuvre. Enfin, pas directement : dans une démarche  très freudienne (mouais, enfin disons Freud époque viennoiseries, alors), Guillaume Long s'intéresse à la genèse de l'œuvre (“œuvre” compris en tant qu'ensemble des réalisations) d'un artiste ; il imagine quel a pu être, dans la petite enfance des peintres, sculpteurs ou plasticiens, le facteur déclencheur, l'instant décisif qui a conditionné leur style ou leurs recherches. Oui, il imagine, car sa lecture est décalée, volontairement anachronique et humoristique, ce qui ne l'empêche pas de se révéler d'une redoutable pertinence.

Qui suis-je ?

Victor Vasarely, enfant, avait des amis imaginaires…  © Guillaume Long
Victor Vasarely, enfant, avait des amis imaginaires…  © Guillaume Long

Plutôt que de professer (il y a des théories d'universitaires bien en chaire ravis de faire cela), Long choisit d'évoquer et sur un mode ludique : seuls les prénoms des artistes-enfants sont indiqués dans les brèves légendes accompagnant ses illustrations, ce qui a pour effet de transformer chaque portrait en devinette. La démarche n'en est pas moins pédagogique : parfois l'on découvre d’intéressants (et authentiques) détails biographiques, parfois c'est l'état civil intégral qui surprend (vous le saviez, vous, que Hokusai se prénommait Katsushika ?), et dans certains cas, ce sont même des créateurs qu'il nous fait connaître. Quant aux portraits, ils ne répondent à aucune règle systématique : l’épisode raconté peut flirter avec le premier degré (Calder bébé sous un mobile, Soulages enfant descendant à la cave), être tissé de références à l'univers de l'artiste représenté (Rothko, splendide)… comme faire allusion avec malice à des ambiances connexes. C'est ainsi que l'on peut voir le jeune Victor (Vasarely) s'amuser sur une moquette dont les motifs non seulement rappellent furieusement les siens, mais ceux de l'hôtel de Shining, créant un écho troublant avec le contenu de ce film de Kubrick traversé par la suggestion médiumnique, la répétition des événements et le paradoxe temporel… Brillante mise en abyme. On se prend à espérer un tome deux, car le sujet est inépuisable. Mais Guillaume Long annonce en dernière page un autre projet, également prometteur : L’Enfance du neuvième art. Va-t-il se pencher sur le cas de ses consœurs et confrères de la BD ? En fait, il s'agit d'une coquille : ce sera le 7e art, le cinéma, qui bénéficiera de son attention soutenue. Peut-être que ce lapsus calami révèle des desseins ultérieurs… Tonton Sigmund est partout !

Couverture de L'Enfance de l'art


Guilaume Long, L’Enfance de l’art, Ici même, 106 p., (30 minutes de lecture), 12,50€

Commentaires

je connais un tout petit

je connais un tout petit guillaume long qui vit dans mon quartier mais pas encore lu ses bds autrement que sur le net c'est l'occasion <a href="http://www.romainblachier.fr/ "> romain blachier </a>

La lecture de ses œuvres sur

Portrait de Vincent Raymond
La lecture de ses œuvres sur papier est aussi délectable que les nourritures terrestres dont il fait régulièrement état (et qu'il déguste dans son QG, le Kitchen, dans ledit quartier justement)…

Suivez-nous !

A lire encore...

Le Grand Méchant Renard © Benjamin Renner

Après le succès de son film d’animation Ernest et Célestine (César 2013), Benjamin Renner a éprouvé un besoin “animal” de retourner à la BD le temps d'un album, Le Grand Méchant Renard (Shampooing)…

Extrait de l'album Le Juge d'Olivier Berlion © Berlion/Dargaud

Mort de Pasqua et projection en plein air du film de Boisset Le Juge Fayard dit “Le Shériff” : parfait combo pour évoquer l’album de Berlion, Le Juge

Un visiteur à Quais du Polar © DR

Porté par une association, soutenu par une municipalité, Quais du Polar a opéré une révolution de velours à Lyon qui l’accueille, comme dans le monde de l’édition. Un exemple à suivre ?

David Vann, portrait à Lyon en 2014 © VR

David Vann nous offre une double analyse de son pays, les États-Unis, vivant le cran de sûreté débloqué. Tête-à-tête pacifique et privilégié avec un géant des lettres pacifié…

Riad Sattouf en dédicace à la Librairie La Bande Dessinée, après celle du Tramway et avant Vivement Dimanche ! © VR

Riad Sattouf revient avec le quatrième tome de sa série Pascal Brutal et le premier d’une autobiographie touchante et sans afféterie, L’Arabe du futur. Tête à tête…

Portrait de Samantha Barendson © DR

★★★☆☆ Fragments et inventaire d'un père trépassé dont elle a perdu tout souvenir, Le Citronnier est, pour Samantha Barendson, un très inattendu arbre de la connaissance…