Ma cantine est chic, fraîche et chaleureuse

Version audio: 

Des produits frais et un emballage malin, 100 % recyclé. © VR
Des produits frais et un emballage malin, 100 % recyclé. © VR

Ces burgers se méritent. Cachés sur une placette du 7e arrondissement — qui doit se transformer en une agréable terrasse dès les premiers rayons de soleil du printemps —, les burgers de Ma cantine chic valent le voyage.

Les cantines ont beaucoup évolué ; demandez à vos enfants, cela n'a plus rien à voir avec ce que vous avez connu. Ma cantine chic est, elle aussi, d'un genre nouveau. Elle propose des pâtes, des salades, des soupes, des hamburgers et des pâtisseries. On peut choisir de s'installer sur des banquettes ou sur des mange-debout puisque les commandes sont, ici, servies à la table. Les burgers sont préparés à la commande, les steaks hachés sont frais, les « buns » sont pétris et cuits par un boulanger du quartier exclusivement pour la Cantine chic et selon la recette des propriétaires. Les frites (fraîches) croustillent, elles sortent tout juste de leur bain et non du congélateur. Elles vous arrivent dans un emballage 100 % recyclé, léger, qui les garde au chaud si vous choisissez d'emporter votre repas. Les burgers quant à eux sont enveloppés du même papier mais avec un supplément d'astuce : cet emballage, plissé, entoure entièrement le sandwich. Une fois que vous avez tiré sur la petite patte d'ouverture, le burger est maintenu — rien ne s'en échappe —, vos doigts n'empoignent que du papier — fini les mains grasses —, et cet habillage (une invention française en partance pour les États-Unis) empêche votre déjeuner de refroidir trop vite. Malin.

7e ciel ? Presque : 7e arrondissement


Des frites croustillantes, de la limonade italienne, des jolies lampes et beaucoup de lumière… © VR

La carte propose du classique — lard, salade, tomate (à quand un équivalent hivernal qui aurait du jus et du goût ?) —, du temporaire — ces jours-ci, le burger au saint-marcellin —, du plus inattendu — poulet et aubergine… Les boissons sortent de l’ordinaire : du Dr Pepper pour ceux qui aiment ce goût un peu médicinal ou ont la nostalgie des vacances américaines, des limonades italiennes (Abbondio, aux arômes naturels et aux bouteilles ornées de pin-up, qu’on ne trouve qu’ici), du soda Obo, des thés glacés aromatisés. Les pâtisseries viennent également tout droit de chez le boulanger des buns, il semblerait que le donut au kinder soit une tuerie…
L'emplacement pourrait s'avérer un choix judicieux : nous ne sommes qu'à quelques centaines de mètres du métro Place Jean-Jaurès et de la station de métro et tramway Debourg, au cœur de la Zac du Bon Lait, au pied donc de nombreux logements neufs et de bureaux. L'endroit est agréable. Du crème, de l'orange, du marron, des motifs géométriques, il y a ici comme une nostalgie des années soixante-dix, en plus calme, plus zen. Jean-Louis et Christophe, les maîtres des lieux qui vous accueillent avec bonne humeur et discutent avec plaisir, voulaient un local neuf pour y imprimer leur patte, ils ont choisi de faire fabriquer leurs lampes chez Caroline Cabanis, elles sont assorties aux tabourets ; les grandes baies vitrées de part et d'autre de la salle baignent l'endroit de lumière, on circule facilement, le plafond est haut : on respire. On a bien fait de sortir de la Presqu'île pour déjeuner.

Ma Cantine chic : 21 rue Simone-de-Beauvoir, Lyon 7e (entrée place du Traité-de-Rome) 09 67 38 40 27. Burger 6,50 € environ, formules de 11 à 13,50 € environ.
Un burger emballé par GreenDustries

Suivez-nous !

A lire encore...

Gravlax de Truite, par Loïc Horlin © VR

Une fois n’est pas coutume, c’est avant d’avoir pu déguster sa cuisine que nous évoquons ici un nouveau lieu, son histoire et sa philosophie. Une très prochaine visite permettra d’apprécier si les mets sont en accord avec les mots…

Terrine de lapin, ketchup de courge, pickles pleurote © VR

Entre Saint-Georges et Saint-Jean dans le Vieux-Lyon, une nouvelle adresse vous accueille à bras ouverts 7 jours sur 7. Au menu, une cuisine valorisant les produits du moment, sans maniérisme ni prétention. Take five !

Barigoule de légumes d'antan © Vincent Raymond

Les nouveaux propriétaires du célèbre restaurant Francotte nous ont convié à leur table pour parler un peu du passé, du présent et surtout de l’avenir, qui s’écrit dans l’assiette…

Diaporama d'une fraction de l'offre alimentaire du Sirha. Bon appétit !

Avec cette biennale, Lyon s'autoproclame capitale du Goût à défaut d'être capitale de la Gastronomie…

Pour les professionnels, il y a le Sirha, pour les autres, il y a Big !, la (première) Biennale internationale du goût, cinq jours entièrement dédiés à nos papilles…

Tapas le soir, menu classique au déjeuner, mais bois et cuir à toute heure. © VR

Ce nouvel établissement n’est pas qu’un restaurant : en devenant bar à tapas le soir, il vise à dynamiser un quartier aux allures de (re)belle au bois dormant. Un projet ambitieux à suivre…