Quais du Polar 2015 : les bénéfices de la culture

Un visiteur à Quais du Polar © DR
Un visiteur à Quais du Polar © DR

Porté par une association, soutenu par une municipalité, Quais du Polar a opéré une révolution de velours à Lyon qui l’accueille, comme dans le monde de l’édition. Un exemple à suivre ?

Chaque année, les lecteurs mesurent leur chance de voir débarquer à Lyon, le temps d’un week-end, les plus grandes plumes de la littérature noire. Ce qu’ils ne mesurent pas, c’est à quel point, en une petite décennie, le paysage éditorial hexagonal, voire international, a été dynamisé par cet événement. Car le calendrier du polar se cale désormais sur ces trois jours particuliers de la fin du mois de mars : avec les hirondelles, des bouquets de nouvelles publications fleurissent sur les étals des libraires. Moins d’une semaine après l’ambiance foire du Salon parisien, passage obligé pour l’ensemble des métiers du livre, la manifestation lyonnaise a des airs de réunion de famille. Plus conviviale, plus intime, elle est aussi davantage tournée vers le lectorat. Pour lui, l’occasion d’établir un lien avec les auteurs ne passe pas que par la fugace séance de dédicace : rencontres et conférences lui permettent de mieux connaître les écrivains qu’il affectionne — et lui en révèlent d’autres. Par contagion ou capillarité, tous les lieux, toutes les institutions culturelles ou non de la ville se saisissent du prétexte du polar pour s’agréger à la manifestation : écoles, hôpitaux, prisons, théâtres, cinémas, cafés sont en osmose. Une saine fièvre qui ne cesse de s’étendre.

Logo Quais du Polar 2015
Logo Quais du Polar 2015

Le pari du polar

L’exemple de Quais de Polar devrait servir de modèle, en des temps où des collectivités s’interrogent sur l’opportunité de financer le secteur culturel. Car si Quais du Polar a pu affirmer sa singularité, imposer son exigence de programmation, c’est parce que d’emblée la Ville de Lyon a compris l’intérêt d’accompagner un tel événement de toute sa puissance économique, certes (160 000€ de subventions sur 477 000€ de budget) et surtout logistique. Un choix de politique culturelle, mais aussi de stratégie et d’image, dont les fruits se récoltent une décennie plus tard. En revendiquant 65 000 festivaliers en 2014, et accueillant des têtes d’affiche comme John Grisham, Elizabeth George ou Michael Connelly à nouveau cette année (après James Ellroy, Don Winslow, George Pelecanos, Donald Westlake, PD James), en se diffusant dans la totalité ou presque des institutions lyonnaises durant trois jours et en modelant la physionomie du secteur éditorial, Quais du Polar valide le modèle avec les honneurs. Gageons que les bénéfices actuels ne sont que de maigres dividendes : en ancrant dans l’esprit des polardeux que Lyon est leur nouvelle Jerusalem, c’est un avenir en noir doré que la Ville est en train de se construire…

Quais du Polar 2015 à Lyon du 27 au 29 mars, toute la programmation sur www.quaisdupolar.com

Suivez-nous !

A lire encore...

Le Grand Méchant Renard © Benjamin Renner

Après le succès de son film d’animation Ernest et Célestine (César 2013), Benjamin Renner a éprouvé un besoin “animal” de retourner à la BD le temps d'un album, Le Grand Méchant Renard (Shampooing)…

Extrait de l'album Le Juge d'Olivier Berlion © Berlion/Dargaud

Mort de Pasqua et projection en plein air du film de Boisset Le Juge Fayard dit “Le Shériff” : parfait combo pour évoquer l’album de Berlion, Le Juge

David Vann, portrait à Lyon en 2014 © VR

David Vann nous offre une double analyse de son pays, les États-Unis, vivant le cran de sûreté débloqué. Tête-à-tête pacifique et privilégié avec un géant des lettres pacifié…

Guillaume Long, à l'œuvre… © Guillaume Long

Pour L’Enfance de l’art, Guillaume Long invente l’école de muséographie freudienne appliquée — une manière subtile et cocasse de nous dévoiler son panthéon artistique…

Riad Sattouf en dédicace à la Librairie La Bande Dessinée, après celle du Tramway et avant Vivement Dimanche ! © VR

Riad Sattouf revient avec le quatrième tome de sa série Pascal Brutal et le premier d’une autobiographie touchante et sans afféterie, L’Arabe du futur. Tête à tête…

Portrait de Samantha Barendson © DR

★★★☆☆ Fragments et inventaire d'un père trépassé dont elle a perdu tout souvenir, Le Citronnier est, pour Samantha Barendson, un très inattendu arbre de la connaissance…