Salon du chocolat de Lyon : Week-end arôme

Ce chocolat n'a pas eu le temps de souffrir © VR
Ce chocolat n'a pas eu le temps de souffrir © VR

La 4e édition de la déclinaison lyonnaise du Salon du chocolat s’ouvre ce samedi et s’installe quatre jours à la Cité internationale. Tiendrez-vous le choc ?

Le chocolat n’est pas un aliment de saison, mais un plaisir des quatre saisons ! Et le froid qui grignote les joues, Noël qui s’approche les hottes vides, sont autant de bonnes raisons (ou de prétextes) d’en acheter. Depuis quelques années début novembre, dans la foulée de l’édition parisienne, Lyon reçoit sa petite sœur qui a vite grandi : ce sont désormais 80 professionnels et exposants qui accueillent les visiteurs pendant quatre jours. Si la dimension marchande de ce rendez-vous est indéniable, le Salon concentre toutes les nouveautés de la planète cacao ; il est également une vitrine pour les artisans (notamment les plus jeunes), le lieu où la sélection rhônalpine pour le concours Meilleurs Apprentis de France s'effectue et où vont s'entraîner les candidats de la sélection France de la Coupe du Monde de Pâtisserie (attendez-vous à des réalisations étourdissantes). De grands chefs et des maîtres chocolatiers se succèderont tous les jours pour proposer des recettes et des démonstrations — connaître les trucs de MOF de Joseph Viola (Daniel & Denise), de Sébastien Bouillet, de Gregory Cuilleron, de Romaric Boilley (Délices des Sens) ou de Laurent Bouvier (Restaurant L’Elleixir) a de quoi aiguiser les appétits. Et naturellement, le public pourra aussi se livrer au délicieux exercice de la préparation dans des ateliers dédiés (dont certains aux 4-12 ans dans l’espace Chocoland). Et naturellement, on y applaudira le traditionnel défilé de mode, célébrant l’alliance entre des couturiers, des designers ou des étudiants et des chocolatiers (samedi 8, dimanche 9, lundi 10 et mardi 11 novembre à 16h et 17h sur l’espace Défilé).

Un autre chocolat est possible

Mais ce salon est aussi l’occasion de réviser vos habitudes, et de découvrir de nouvelles manières de concevoir le chocolat ; donc de le déguster. Le sucre vous tracasse ? Le chocolat peut s’en passer et monter à des pourcentages fabuleux (100% de cacao), le couple amertume/astringence créant de nouvelles (et profondes) sensations. Moins extrême, le Ligérien Charles Chocolartisan  (connu pour ses pâtes à tartiner sans huile de palme) vient de créer une tablette lait-noisettes baptisée Klassik convenant aux personnes diabétiques car dépourvue de sucre. Le coût carbone vous culpabilise ? Optez pour les maîtres qui accomplissent en interne tout le processus de fabrication : ils ne sont pas légion en France, mais seront dignement représentés sur le salon avec Pralus et Bernachon. Vous voulez des provenances spécifiques, des crus particuliers, issus du commerce équitable ? Vous trouverez forcément votre bonheur en déambulant dans ce vaste espace de 4 000 mètres… carrés.

4e Salon du chocolat de Lyon, du samedi 8 au mardi 11 novembre de 10h00 à 19h00, Centre de Congrès - Cité Internationale : quai Charles-de-Gaulle, Lyon 6e. http://lyon.salon-du-chocolat.com. De 0 à 10€. Tarif Famille (2 adultes + 2 enfants âgés de 3 à 12 ans) : 25€

Suivez-nous !

A lire encore...

Gravlax de Truite, par Loïc Horlin © VR

Une fois n’est pas coutume, c’est avant d’avoir pu déguster sa cuisine que nous évoquons ici un nouveau lieu, son histoire et sa philosophie. Une très prochaine visite permettra d’apprécier si les mets sont en accord avec les mots…

Terrine de lapin, ketchup de courge, pickles pleurote © VR

Entre Saint-Georges et Saint-Jean dans le Vieux-Lyon, une nouvelle adresse vous accueille à bras ouverts 7 jours sur 7. Au menu, une cuisine valorisant les produits du moment, sans maniérisme ni prétention. Take five !

Barigoule de légumes d'antan © Vincent Raymond

Les nouveaux propriétaires du célèbre restaurant Francotte nous ont convié à leur table pour parler un peu du passé, du présent et surtout de l’avenir, qui s’écrit dans l’assiette…

Diaporama d'une fraction de l'offre alimentaire du Sirha. Bon appétit !

Avec cette biennale, Lyon s'autoproclame capitale du Goût à défaut d'être capitale de la Gastronomie…

Pour les professionnels, il y a le Sirha, pour les autres, il y a Big !, la (première) Biennale internationale du goût, cinq jours entièrement dédiés à nos papilles…

Tapas le soir, menu classique au déjeuner, mais bois et cuir à toute heure. © VR

Ce nouvel établissement n’est pas qu’un restaurant : en devenant bar à tapas le soir, il vise à dynamiser un quartier aux allures de (re)belle au bois dormant. Un projet ambitieux à suivre…