Se balader pour retrouver la santé ? Ça marche !

Promenades et Santé © Loic Cauchy
Promenades et Santé © Loic Cauchy

Jusqu’au dimanche 22 mars, le Salon du Randonneur réunit à la Cité internationale de Lyon l’essentiel de l’offre escapade à pied, à cheval, à vélo. Et met en lumière des circuits urbains inattendus adaptés à des personnes touchées par la maladie.

Que l’on soit arpenteur chevronné ou débutant, le Salon du Randonneur semble avoir réponse à toutes les demandes des promeneurs : d’un côté les exposants (tour-operateurs, associations, équipementiers…), de l’autre des animations (conférences, tables-rondes…). L’une d’entre elles, vendredi 20 mars à 16h, “Activité physique en prévention des cancers”, met en présence le Dr Julien Carretier, oncologue et Alain Soubrillard de la jeune association Promenades et Santé. Celle-ci a été imaginée il y a moins d’un an par Jean Mollier-Sabet, alors qu’il relevait de lourds problèmes de santé. Comme souvent après ce type de mauvais passage, les médecins lui avaient conseillé de bouger régulièrement afin de se remettre en forme. Ancien président régional de la Fédération française de randonnée pédestre, Jean Mollier-Sabet avait suivi (voire devancé) la recommandation, mais découvert qu’il était un cas presque isolé : « Beaucoup de gens mettent des prétextes en avant pour ne pas faire de sport : ils disent qu’ils ont des obligations, que c’est trop fatigant ou coûteux. Or la marche, c’est ce qu’il y a de plus économique. » Peu à peu est né l’idée d’une pratique de proximité, où même le mot “randonnée”, dissuasif (« il fait trop sport »), est remplacé par celui de “promenade”.

Pas besoin d'aller très loin pour trouver de la verdure en ville © Loic Cauchy
Pas besoin d'aller très loin pour
trouver de la verdure en ville © Loic Cauchy

Deux heures sans s'en rendre compte

L’association Promenades et Santé a ainsi développé un concept simple : investir le territoire immédiat de la Métropole lyonnaise chaque mardi pour des balades de deux heures environ, sans souffrance pour les promeneurs. Non seulement on y accède en transport en commun (et l’on peut abréger la visite à n’importe quel moment si l’on est fatigué), mais chaque circuit thématique donne l’occasion de voir sous un nouveau jour les quartiers, les rues ou les nouveaux espaces urbains. « On déambule en général deux heures par groupe de 15 à 20 personnes, sans s’en rendre compte,  en prenant du plaisir dans des lieux chargés d’histoire, comme sur les Berges du Rhône, les Rives de Saône ou dans les grands Parcs. » Devant le succès grandissant de ces promenades (en 2014, 26 circuits différents ont été sillonnés et 42 sont programmés pour 2015 !), l’association se dote d’outils permettant le partage et l’appropriation tout un chacun de ses connaissances : des fiches-circuits, reprenant un plan et un pas-à-pas avec les points remarquables pour chaque parcours sont ainsi élaborés. L’idée d’une application pour smartphone est aussi évoquée. « Le besoin est réel, note Jean Mollier-Sabet, et une fabuleuse dynamique s’est créée. » L’initiative mériterait de s’étendre non seulement au-delà du seul mardi, mais également  des frontières de la Métropole.

Suivez-nous !

A lire encore...

Le Rhône, la ville de Vienne. © Daveblack

Prendre conscience de son appartenance à un territoire, à travers sa diversité et ses richesses patrimoniales… Bienvenue ce week-end aux Journées européennes du patrimoine !

Emilie Cuissard en train d'herboriser avec un groupe. Photo © MJM

Depuis 2013, Emilie Cuissard organise des stages et ateliers découverte autour des plantes sauvages au sein de Unis vers nature, une association dont elle est la cocréatrice.