Pascale Marthine Tayou : FAST & SLOW

  • Exposition
Poupée de Pascale Marthine Tayou, photo © Marco Minò
Poupée de Pascale Marthine Tayou, photo © Marco Minò

Exposition de Pascale Marthine Tayou en résonance avec des objets de la collection du Musée Africain

Pascale Marthine Tayou, artiste connu de nombreux Lyonnais pour ses installations au Musée d’art contemporain en 2011, lors de la Biennale d’art contemporain en 2000 et 2005 ainsi que pour ses masques présents sur les rives de Saône, revient à Lyon pour une exposition au Musée Africain. Cette exposition est l’occasion de présenter une dizaine d’œuvres de l’artiste en résonance avec des objets de la collection du Musée Africain sortis spécialement des réserves. Elle sera articulée autour de deux séries d’œuvres de Pascale Marthine Tayou. Les Poupées Pascale feront écho aux objets rituels de la collection, et les Afros seront présentés avec des paléo-monnaies africaines.

L’étonnante série des Poupées Pascale, réalisées en cristal de Toscane, évoque les sculptures rituelles africaines. Cette proximité sera révélée par la présence de sculptures anciennes. Pascale Marthine Tayou a saisi l’opportunité de cette exposition pour sélectionner des objets des réserves du Musée Africain et les placer en résonance avec ses œuvres.

Les sculptures rituelles, notamment celles de l’Afrique de l’Ouest, aux formes humaines ou animales, se caractérisent par l’accumulation de matières variées sur un noyau de bois. Sans cesse alimentées et étoffées, étroitement liées à la vie de leur propriétaire, elles sont des intermédiaires entre des entités invisibles situées dans l’au-delà et l’ici-bas. Elles matérialisent également l’écheveau des relations sociales et des rapports de pouvoir. Ces sculptures peuvent enfin témoigner du prestige de leur propriétaire.

Comme leurs homologues traditionnels, les Poupées Pascale de Pascale Marthine Tayou ont un noyau, le bois est remplacé par le cristal. Ces poupées, très fragiles, soufflées dans des ateliers de maîtres verriers, sont parées de plumes, de tissus ou de petits objets que l’artiste glane lors de ses voyages. Les objets rituels suscitent l’intérêt de Pascale Marthine Tayou depuis 2006 : « Mon intention est de célébrer l’inconnu, de montrer l’influence des objets rituels qui façonnent nos mœurs de tous les jours, une problématique visuelle sur les choses qui nous entourent, sur ces choses qui nous observent, et la manière dont nous observons les choses qui nous façonnent ». Dans ces Poupées Pascale, l’artiste détourne avec un vocabulaire contemporain la symbolique et les rituels ancestraux. A travers ces œuvres, il pose également la question de l’identité et de l’hybridation des cultures, préoccupations récurrentes dans son travail.

Les questions économiques sont également présentes dans l’œuvre de Pascale Marthine Tayou. Dans ses installations, l’artiste s’interroge sur les flux financiers par la représentation du marché des diamants ou par le détournement des grandes marques. Au Musée Africain, l’artiste a souhaité présenter ses billets de banque Afro sous la forme des caissons lumineux. Les Afro trouvent leur origine dans l’histoire personnelle de l’artiste : « La première fois que je suis allé aux Etats-Unis, tout le monde parlait d’argent. Moi, je n’avais rien à dire puisque je n’en avais pas. C’est là que j’ai décidé de créer ma banque ». Par le biais de l’Afro, l’artiste a créé symboliquement sa propre monnaie qui évoque l’utopique union de tous les pays africains. Les Afro sont également un clin d’œil à l’évolution des systèmes monétaires anciens, et notamment aux paléo-monnaies africaines (le sel, les cauris, les Sompé, etc.) qui seront sorties des réserves du musée à cette occasion.

Une vidéo Fast Play- Pascale Marthine Tayou (2005), réalisée par les artistes Mwangi Hutter sera diffusée également dans l’exposition. Elle dresse un panorama du travail de Pascale Marthine Tayou.

Pascale Marthine Tayou est né en 1966 à Nkongsamba au Cameroun. Il vit et travaille à Gand (Belgique) et à Yaoundé. Il est représenté en France par Galleria Continua.

(Source : www.musee-africain-lyon.org)

Mercredi 17 Septembre 2014 - 14:00 - Dimanche 15 Février 2015 - 18:00

Musée Africain de Lyon

Adresse: 

www.musee-africain-lyon.org
150 cours Gambetta
69007 Lyon
France

Téléphone: 

04 78 61 60 98